DIGICULT

Médias, Musique, Cinéma : Chronique d’un monde digital

La Fnac se jette elle aussi dans le grand bain du streaming

| 1 Commentaire

Fnac Jukebox

Jukebox, c’est le nom de l’offre de streaming lancé par la Fnac. Pas très actuel comme nom mais l’offre proposée peut toutefois trouver un certain écho auprès du public.

L’enseigne, vu le retard prit et le plantage du téléchargement de titres, se devait de frapper fort. Elle ne vise pas le gratuit mais avec une offre qui commence à 2 euros peut rencontrer un certain écho notamment auprès du jeune public. 2 euros pour écouter 200 titres, c’est en effet une très bonne offre, c’est parfois beaucoup plus que ce qu’écoute le public lambda en radio, sachant qu’une bonne partie du public ne cherche qu’à écouter les titres du top qu’il entend sur les radios. 200 titres, cela représente plus d’une quinzaine d’heures de musique non stop.

Avec une qualité annoncée de fichiers moins compressée de 320 Kbps que la concurrence, la Fnac essaie aussi de se démarquer de ce côté. Mais face aux géants du net qui bénéficient d’une optimisation fiscale bien utile, quel place la Fnac peut elle se faire dans un marché très concurrentiel.

Sur le papier, les offres à 2, 7 ou 9,99 € semblent attrayantes, mais comme le rappel si bien son PDG Alexandre Bompard, la Fnac reste un vendeur de disque et n’a pas su muer dans la musique numérique alors qu’elle avait une position dominante sur le marché français.

Il faut tout de même rappeler qu’une grande partie de la population et notamment les plus jeunes ne daignent absolument plus dépenser le moindre centime pour acquérir de la musique. Pour eux, consommer de la musique rime avec gratuité et les faire s’enregistrer et payer ne serait-ce que 2 € par mois semble très difficile alors qu’ils dépensent beaucoup plus en cigarettes, produits technologiques ou sorties. La musique enregistrée reste la variable d’ajustement dans les loisirs dans les loisirs et au sein du budget d’une grande partie de la population, principale cible de la filière. Toutes les prédictions du marché du streaming semblent prometteuses et juteuses, voilà pourquoi ce marché attire des acteurs qui se lancent comme la Fnac mais qui envisagent aussi de le faire comme le groupe TF1, mais comme pour la téléphonie mobile ou l’internet, ce type d’offres lancées par pur opportunisme ne dure en général que très peu de temps. Les acteurs en présence que ce soit Deezer, Spotify, Qobuz, Google, Amazon ou même Apple avec sa radio ont déjà du mal à recruter de nouveaux utilisateurs pour être un jour rentables, comment de nouveaux acteurs qui viennent de se lancer pourront être crédibles aux yeux des consommateurs sans dépenser de gros montants en communication et faire des efforts sur le prix des abonnements ? La Fnac ou Virgin n’y sont pas arrivés dans le téléchargement, le streaming va-il changer la donne ? Vraiment pas sur…

Auteur : admin

Usages, consommation, modèles économiques : Ce que change et implique le passage à un monde dématérialisé Ex Universal, France TV, Les Echos Passionné d'actu, de musique, cinéma, économie, nouvelles technologies...