DIGICULT

Médias, Musique, Cinéma : Chronique d’un monde digital

Le bras de fer avec Youtube, dernière chance pour l’industrie de la musique de reprendre la main dans la diffusion ?

| 0 Commentaires

Youtube Derrière la menace de bloquer les clips d’Adele ou des Artic Monkeys, c’est un véritable bras de fer qui doit se faire entre l’ensemble des acteurs de la musique face à des géants comme Apple, Amazon ou Google.

Ce n’est pas un acte anodin. Pour le lancement d’un abonnement premium, Google via sa filiale YouTube a négocié avec l’ensemble des acteurs de la musique. Il semble que les majors aient déjà toutes signé, mais les indépendants rechignent car les conditions seraient différentes des majors et moins rémunératrices. Voilà pourquoi des labels comme XL Recordings ou Domino freinent des quatre fers et alertent l’assistance comme le Worldwide Independent Network et en appellent à la commission européenne. La force de YouTube c’est de s’être imposé petit à petit comme le second moyen d’écouter et de découvrir de la musique après la radio. Une force considérable qu’il est désormais impossible de nier et revenir en arrière est juste impensable. Pour Robert Kyncl, le directeur des opérations commerciales de YouTube , son entreprise ne cédera pas face à la grogne des labels indépendants et ajoute que ses menaces seront mises à exécution « dans les jours qui viennent ». YouTube se défend et cherche à justifier sa stratégie par une montée gamme et affirme qu’il « ajoute de nouveaux services à la musique en ligne dans l’idée d’apporter de nouvelles sources de revenu pour les éditeurs, en plus des centaines de millions de dollars que YouTube génère déjà pour eux chaque année».

Adele

Adele

En clair, l’avenir se fera avec nous, soit vous vous pliez à nos exigences soit vous sortez. Et vue la force de YouTube, c’est avoir le couteau sous la gorge. Les industries de la musique se doivent de réagir dans leur ensemble et vraiment se battre face aux géants américains qui on le voit, ne sont pas des entreprises philanthropes. Le scénario était cousu de fil blanc, les acteurs de la musique se comportent de façon totalement incompréhensible. Les producteurs de musique tapent sur les consommateurs qui ne paient pas à la caisse, ce qui est compréhensible, mais se laissent ensuite déposséder du contrôle de leurs contenus par des acteurs comme Apple, Google ou Amazon comme de vraies pates à modeler.

Que ce soit à la radio ou à la télévision, les producteurs de disques ont toujours voulu de nombreux acteurs pour permettre une diversité dans la diffusion et la distribution et amoindrir le risque. Aujourd’hui, ces entreprises sont en situation de dépendance face à des acteurs qui se comptent sur les doigts d’une seule main et ce à l’échelle planétaire. C’est à n’y rien comprendre. Si elles veulent montrer leur force et qu’elles sont encore maîtresse de leurs productions c’est le moment de frapper fort, de se mettre tous autour d’une table, et de se battre pour reprendre un peu de leur destinée.

Auteur : admin

Usages, consommation, modèles économiques : Ce que change et implique le passage à un monde dématérialisé Ex Universal, France TV, Les Echos Passionné d'actu, de musique, cinéma, économie, nouvelles technologies...