DIGICULT

Médias, Musique, Cinéma : Chronique d’un monde digital

Le featuring, recette miracle pour faire un hit ?

| 1 Commentaire

Nicki Minaj est le parfait exemple d’un mouvement que l’on connaissait dans le rap, le r&b ou les musiques électroniques mais qui tend à se généraliser. En moins de 3 ans, elle vient de collaborer à près de 50 titres d’Eminem, Rihanna, David Guetta ou dernièrement Madonna.

On peut réellement parler de phénomène de grande ampleur dans la musique. Il était très rare de voire certains artistes accepter de partager l’affiche mais aussi les revenus d’un titre. Car bien souvent, les artistes qui apparaissent sur un titre en featuring sont également aux crédits afin de partager les recettes.

On peut en effet se demander ce qui pousse des artistes comme Madonna qui depuis 2 ou 3 albums se met à multiplier les featurings, spécialement sur les singles, vous le remarquerez. Le reste de l’album étant en effet bien souvent chanté et entièrement assumé seul par l’artiste. La volonté est bien avant tout de toucher un plus large public pour Madonna. Elle, qui a fait la grande majorité de sa carrière sans rien lâcher et en se mettant toujours bien avant. S’adjoindre des artistes plus connus dans le Rap ou le R&B pour un titre permet une plus large diffusion radio et télé et donc de cibler un beaucoup plus important public en touchant des couches de populations que l’artiste n’atteint pas forcément directement. Cela a été le cas pour Eminem avec Dido par exemple, ce qui a vraiment été un déclencheur pour les 2 carrières.

Il faut néanmoins se demander si le public continuera d’adhérer à ces participations croisées qui ressemblent plus à des alliances capitalistiques qu’à un réel intérêt artistique. On sait très bien que les raisons d’un featuring sont principalement marketing et économiques notamment dans une adaptation francisée d’un titre étranger pour rentrer dans les quotas et faciliter la diffusion d’un titre. La présence de Keenan Cahill apporte-elle une valeur ajoutée à un titre de David Guetta, Britney Spears ou 50 cent ?

Bien souvent, les artistes ne se côtoient pas en studio ni sur les vidéos et que cela pose également un réel problème pour la scène et les performances live. Les protagonistes, bien souvent avec une forte notoriété, ne se retrouvent que bien rarement simultanément sur la même scène… Ce qui pour Madonna pose un réel problème, elle, qui utilise déjà beaucoup la vidéo sur ses concerts pour combler les temps mort durant ses changements de tenues.

Auteur : admin

Usages, consommation, modèles économiques : Ce que change et implique le passage à un monde dématérialisé Ex Universal, France TV, Les Echos Passionné d'actu, de musique, cinéma, économie, nouvelles technologies...

  • Julie

    Je trouve que le featuring ça peut donner de bons résultats si ce n’est que rare. Dans le cas de Nicki Minaj, je pense que le fait de collaborer avec autant de chanteurs montre un peu une peur de se lancer toute seule. Je pense qu’elle n’aurait pas autant de succès si elle chantait toute seule en fait.

    P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link { color: rgb(0, 0, 255); }A.western:link { }A.ctl:link { }

    http://boursebinaire.fr