DIGICULT

Médias, Musique, Cinéma : Chronique d’un monde digital

Les chiffres du marché de la musique enregistrée de 2013 sont formidables !

| 0 Commentaires

Stromae

Que penser de la récente publication au Midem des données du marché du disque et de la musique enregistrée pour 2013 ? Tout le monde ou presque retient donc que la baisse semble jugulée et que le marché reprend même 2,3 %. C’est en effet une bonne nouvelle dans un secteur qui a été habitué a des baisses à deux chiffres sur de longues années. Un point bas semble en effet avoir été atteint mais si on rentre dans le détail dans cette progression, elle n’est juste la conséquence d’une forte augmentation des droits voisins (utilisation d’un titre pour sonoriser une attente téléphonique, publicité…) mais aussi de la vente de disques physique ! Oui, le physique a tiré le marché, et il reste toujours le principal contributeur à l’économie de la musique mais pas sûr que ce sera la même musique chaque année… Le secteur reste bien pris en étau avec une posture favorisant le streaming à destination du plus jeune public et un support physique qui reste la locomotive et acheté par un public plus mûr.

Le grand succès rencontré par Daft Punk ou Stromae n’est pas étranger à cette progression du disque. Comme indiqué déjà en septembre, Stromae rassemble un très large public derrière lui, son album est donc incontournable et le public se doit de l’avoir qu’il ait 12 ou 70 ans. La forte présence de ses titres en radio n’est pas étrangère également à ce succès. Seulement 10 titres francophones représentent à eux seuls 65 % des diffusions radios, un chiffre vraiment alarmant montrant l’extrême concentration des playlists alors que l’on sait que la radio reste le vecteur principal de toute découverte.

L’un des faits les plus marquants de ces chiffres de 2013 reste le tassement des téléchargements de titres et albums numériques au profit du streaming. Les maisons de disques sont donc une nouvelle fois confrontées à une évolution qu’elles subissent. Il y a 7 ans, c’était les sonneries qui donnaient de l’espoir aux maisons de disques, on voit aujourd’hui où cette consommation est tombée… Le marché est donc encore en train de bouger et les utilisateurs restent volages comme un essaim d’abeilles un peu désorienté. Si le streaming commence à se développer sérieusement, on comprend mieux pourquoi TF1 ou la Fnac réfléchissent à se lancer et qu’à Cupertino, le siège d’Apple, on doit sérieusement suivre la baisse du nombre de titres téléchargés via iTunes.

Pour le streaming, les dirigeants des majors ont grand espoir de voir de nombreux utilisateurs payer une dizaine d’euros par mois pour un abonnement illimité et ce sans ne rien posséder. On avance même 20 % de la population qui ferait revenir le chiffre d’affaire à un niveau d’avant crise. Comme si la musique se transformait en besoin vital ou indispensable comme peuvent l’être l’eau, l’électricité voir même la téléphonie mobile… Malheureusement, cela ne se passera pas comme ça car tant que le public pourra télécharger illégalement ou convertir des vidéos sur youtube en MP3 ou MP4… il rechignera à passer à la caisse. Et les achats de musique se font bien souvent par le même public, des personnes qui achetaient 2 ou 3 CD par mois, qui téléchargent légalement désormais puis qui se sont abonnés petit à petit au streaming.

Pour ce qui est du jeune public, on sait bien que ce n’est pas la même histoire, il reste majoritairement des consommateurs gratuits de musique comme c’est le cas dans la presse. Les faire payer 120 € par an pour un abonnement de musique ne sera pas une mince affaire. Mais dans l’esprit de certains dirigeants, c’est bien cela le but, faire payer sur du long terme pour amortir ensuite les investissements sur une échéance longue, là encore, pas sur que les artistes soient de cet avis et fassent une sorte de vente en leasing de leurs œuvres qui seront amorties sur des décennies.

 

Auteur : admin

Usages, consommation, modèles économiques : Ce que change et implique le passage à un monde dématérialisé Ex Universal, France TV, Les Echos Passionné d'actu, de musique, cinéma, économie, nouvelles technologies...