DIGICULT

Médias, Musique, Cinéma : Chronique d’un monde digital

Madonna doit-elle encore sortir des albums ?

| 0 Commentaires

Loin de moi l’idée de profiter de tirer sur l’ambulance, car en la matière, et concernant Madonna, c’est loin d’être une ambulance mais plutôt encore une vache à lait.

Mais reconnaissons-le, depuis 2 ou 3 albums, il n’y a plus cette magie et cette attirance de la part du public pour la Madonne concernant sa musique. Je vois plusieurs facteurs à ce phénomène :

Tout d’abord, il faut reconnaître qu’American Life reste le dernier album de Madonna qui ait réellement compté dans le cœur du public. Il reste le dernier album ou elle enchaîna pas moins de 5 singles (« American Life », « Hollywood », « Nothing fails », « Die another day » et « Love profusion »). Cela reste la grande faiblesse des 3 albums qui suivirent. A grands renforts de communication en amont de la sortie, on balance un single tiède qui dès la sortie de l’album est vite remplacé par un autre car les radios et le public se lassent vite et en trois mois, les albums de Madonna sont vite oubliés…

Comment donc une artiste telle que Madonna ait tant perdu de son aura depuis près de 10 ans ?

Simplement parce que très tôt, elle a bien comprit que le disque n’était plus l’avenir, c’est pourquoi elle a signé un contrat global avec Live Nations, sa société de concerts et qu’elle mise désormais tout sur les concerts et les produits dérivés. Sauf que la meilleure des communications et le meilleur des moyens d’attirer du public dans les stades, reste d’avoir des hits qui sont en radio pendant des mois et un album qui continue de bien se vendre pendant 18 mois. C’est là que Madonna à un problème car elle est en train d’affaiblir tout son écosystème en sortant des albums tièdes, véritables patchwork, sans cohésion et dont le public se détourne à une vitesse folle.

Car le second problème dans les albums de Madonna, c’est qu’on connaît le contenu avant leur sortie ! Et comme les 3 derniers albums sont très moyens, on ne peut pas dire que cela donne envie de les acquérir ! En multipliant les préécoutes sur internet ou dans les magasins et ce en amont de la sortie réelle de l’album, il ne faut pas être surpris qu’un album aussi tiède chute la semaine qui suit sa sortie. Perdre 88 % de ses ventes aux Etats-Unis après une semaine d’exploitation, c’est un record et les albums de Madonna auront bientôt une vie plus courte que dans le cinéma. Battre le rappel en amont et faire une prestation au Super Bowl ne fait qu’accroitre l’intérêt sur la sortie de l’album, intérêt qui retombe aussi vite quand l’album est aussi décevant et qu’il n’y a que 2 ou 3 titres qui sortent du lot. Bien souvent, les titres les plus mélodieux ou au potentiel le plus fort ne sont pas des singles (« Miles Away », ou « Devil wouldn’t recognize you » sur l’album hard Candy en sont la parfaite illustration. Sur MDNA, l’un des titres les plus mélodieux est « Masterpiece », un titre coproduit avec William Orbit, à qui l’on doit Ray Of Light, l’un des albums de Madonna qui contient le plus de tubes.

Celui qui écoute l’album MDNA se rendra d’ailleurs compte que cet album est totalement déséquilibré, on a réellement l’impression que les titres de William Orbit ont été casés à la fin, comme s’ils dérangeaient alors que ce sont ceux là qui sont plus en phase avec l’ensemble de la carrière de Madonna. Ce choix est totalement incompréhensible car je le répète, ce sont les titres les plus mélodieux et qui ont au final le plus de potentiel pour rester dans les esprits. A vouloir s’adresser à tout le monde, Madonna ne touche bientôt plus personne !

Oui, désormais, les albums de Madonna n’ont pas de colonne vertébrale, pas de lien, ni de producteur commun comme cela a été le cas pour Ray of Light, Music ou American Life et clairement cela part dans tous les sens avec des featurings pour tenter de capter du public mais le public est perdu…

Certains artistes oublient clairement que pour remplir des stades, il faut avoir les chansons pour, ou bien des fans d’une grande fidélité comme Metallica, Bon Jovi ou U2 !

Que des Black Eyed Peas, David Guetta ou Muse remplissent des stades sans problème montre bien qu’il faut avoir une actualité musicale digne de ce nom et un album en support pour donner l’envie d’aller voir les titres sur scène. Le public visé par Madonna n’est plus celui qu’elle avait il y a 10 ou 20 ans.

Le public fait des arbitrages, et Madonna qui déclarait publiquement à l’attention de son public avant le lancement de sa tournée : «Commencez à économiser maintenant. Les gens dépensent 300 dollars dans des choses stupides tout le temps, comme pour des sacs. Donc travaillez bien cette année, rassemblez tout votre argent, et venez voir mon show. Je vaux cet argent. » Le public a tranché et son album ne vaut pas le coup et ses concerts ne sont pas complets.

Au même tire que notre Johnny Hallyday national qui rencontre la même problématique concernant ses disques récents et qui a beaucoup de mal à vendre ses nouveaux albums et qui par conséquent est obligé de vendre sur internet les places de sa tournée des stades car il est loin de faire le plein sur toutes les dates prévues.

Auteur : admin

Usages, consommation, modèles économiques : Ce que change et implique le passage à un monde dématérialisé Ex Universal, France TV, Les Echos Passionné d'actu, de musique, cinéma, économie, nouvelles technologies...